Akalmie traverse la Méditerrannée pour voir comment ça marche l'espace public là-bas... En Tunisie.

Est-ce que les liens entre l'art, la société et les humains qui la constituent restent les mêmes ? 

Et s'ils bougent, pourquoi ? Comment ?

 

Le thermomètre aux lèvres, Akalmie rêve à de nouveaux projets où la rencontre et la confrontation à d'autres réalités lui apprendrait un peu plus sur cette  étrange  espèce: l'Être humain.

" L’acte de création en espace public est un acte complet et l’artiste de rue doit développer plusieurs savoir-faire. Il joue sur une corde sensible, il avance à tâtons, pour habiller son âme de créateur il emporte avec lui la carte de l’explorateur, la blouse de l’inventeur ou le bleu de l’artisan.

L’espace public est fait de plusieurs couches et de différentes couleurs. Pour faire de la création contextuelle, pour créer une œuvre en résonance avec le réel, il faut résister aux habitudes d’un environnement et aux a priori, il faut regarder comme on découvre, et il faut être citoyen."

REGARD VERS LA TUNISIE